Chapitres

AtWork Paris Chapitre 20

Chapitres

AtWork Paris Chapitre 20

Paris, France
12-16 Février 2022

Partenaires:

Palais de Tokyo

Thème:

What comes first?

Conductor:

Simon Njami

« Rêver grand n’a rien de déraisonnable »

Charlyze Anguiley et Cécile Chevallard, Note d’intention du catalogue AtWork

Le vingtième chapiter d’AtWork à Paris a été mis en place par la Fondation Moleskine, en collaboration avec le Palais de Tokyo. Cet atelier fut parti du projet Detour Paris de Moleskine, une exposition itinérante de la Collection de la Fondation Moleskine. L’atelier pris place où le future centre HAMO du Palais de Tokyo ouvrira ses portes en 2023, créant la possibilité de futures collaborations.

L’atelier est le second de la Tournée de 2022 “Qu’est-ce qui vient en premier?”, et le premier tenu en France.

Simon Njami à propos du thème:

Dans un débat en cours entre Jean-Paul Sartre et Albert Camus sur les choix et les responsabilités, lorsqu’on lui a demandé́ quel serait son choix entre sa mère et son pays, Camus a répondu sans hésitation, ma mère. Il est évident que Sartre, qui a placé l’idée et la cause avant tout, n’était pas d’accord. Nous sommes chaque jour confrontés à des choix critiques qui nous obligent à prendre position ou à agir. La façon dont nous décidons de ce qui vient en premier n’est jamais fixe, comme pour Sartre et Camus. Il y a des moments où nous pouvons faire des choix di érents et choisir des priorités diférentes, selon la situation. Mais la réalité est que c’est une question à laquelle nous ne pourrons jamais répondre de manière totalement satisfaisante. C’est comme essayer de répondre à la question impossible: qui est arrivé en premier, l’œuf ou la poule ? Aristote a tenté de s’aventurer vers une solution : « le domaine du devenir s’oppose à celui de l’essence, car ce qui est postérieur dans l’ordre générationnel est, par nature, antérieur et ce qui vient en premier de la nature est dernier dans l’ordre générationnel ».

Entre temps, le Corona virus a surgi et changé les priorités, contraignant certains d’entre nous de vivre dans une urgence qui assombrissait les projections et occultait toute réflexion dégagée du quotidien. Il est urgent pour nous tous de retrouver cette capacité à penser en dehors des contingences exceptionnelles.

Mais nous sommes tous libres d’être en désaccord.

L’atelier

L’atelier pris place au Palais de Tokyo du 12 au 16 Février 2022, sous la direction du conseiller du Programme AtWork, Simon Njami. Sous sa tutelle 22 jeunes esprits créatifs de Paris et sa banlieue se sont réunis pour débattre et échanger sur ce qui vient en premier pour chacun.

Pendant une semaine, ces jeunes photographes, cinéastes, étudiants, designers, danseurs, thérapeutes de l’art, acteurs et activistes, ont pu échanger dans le plus grand centre culturel d’Europe. La diversité de ce groupe a entraîné une conversation riche qui devint rapidement intime et personnelle. Ce qui fut au départ un raisonnement individuel se transforma en échange mutuel et en pensée collective pour disséquer cette question sans réponse.

Chaque participant transforma un carnet selon sa réponse, qui en devint une représentation physique.

« Une chose est sûre, c’est que cet atelier AtWork nous aura bouleversé et ce, pour toujours. Vingt-cinq âmes errantes les unes plus différentes que les autres et, au Final, très similaires, se sont rencontrées grâce à des algorithmes ou l’univers, selon les croyances… Pendant cinq jours, cette experience nous a transcendée, malmenée, parfois torturée pour arriver à nous transformer, on le sait pour le meilleur, vers un meilleur, quelque chose qui nous dépasse. »

Charlyze Anguiley and Cécile Chevallard, Note d’intention du catalogue d’AtWork

Le leader

Simon Njami est commissaire indépendant, professeur, critique d’art et écrivain. Il est le co-fondateur et éditeur-en-chef de La Revue Noire. Il a été le directeur artistique de la Biennale de la photographie africaine de Bamako pendant dix ans, et commissaire du premier pavillon africain à la 52ème Biennale de Venise en 2007. Njami a réalisé de nombreuses expositions d’art africain et de photographie, y compris Africa Remix (2004-2007) et la première foire d’art africain qui a eu lieu à Johannesburg en 2008. Sa nouvelle exposition, La Divine Comédie, a commencé un tour mondial en 2014 depuis le MMK, Musée d’Art Moderne de Francfort, pour continuer au SCAD Museum of Art (Savannah, USA) encore en 2014 et au Smithsonian Museum of African Art (Washington DC, USA) en 2015. Njami est directeur des masterclasses panafricains de photographie, projet qu’il a conçu avec le Goethe Institute, et il est aussi directeur artistique de la Fondation Donwahi en Côte d’Ivoire et le conseiller pour la collection Sindika Dokolo, et enfin, il est le secrétaire du jury spécial du prix World Press Photo. Directeur artistique de la première Off Biennale au Caire,en 2015 et pour les éditions 2016 et 2018 de Dak’Art.

DSC08741

L’expérience

Les participants ont ouvert leur coeur et partagé leurs traumatismes, ce qui créa un contexte très intime pour la discussion. Alors que les jours passaient, les réflexions sont passés de personnelles à philosophiques, puis collectives et de nouveau personnelles. “Ce qui vient en premier” variait chaque jour, alors que les participants s’interrogeaient sur la question, s’écoutaient les uns les autres, et changeait leur mode de pensée. Ce fut une semaine remplie de débat, de danse pour soulager la tension, d’exorcisme et de soin. Ils eurent l’opportunité de partager leur projets, recevoir des retours, et de raffiner leurs idées quotidiennement.

Vu que l’atelier pris place à la fin de l’exposition de la Collection Detour, les participants eurent la chance d’avoir un accès direct à quelques des plus belles créations de la Collection et de s’en inspirer.

Pour apporter cette discussion au grand public, nous avons tenu une conférence le 15 Février au Palais de Tokyo. Après l’introduction du Directeur des publics, Tanguy Pelletier, les participants ont eu l’opportunité de s’adresser directement au PDG de la Fondation Moleskine Adama Sanneh, la Directrice des Programmes Elena Korzhenevich et Simon Njami. Cet échange dynamique a alors représenté l’esprit critique d’AtWork et son approche non-conventionnelle.

« Aujourd’hui, s’est consolidée l’envie d’exister et de se réaliser. La marge est une révolution, celle du changement. »

Océanie Kinhouande, Chloé Viala, Neguine Noudja, la note curatorial du catalogue d’AtWork

L’exposition

Les 22 créations d’AtWork Paris ont intégrées l’exposition de Detour au Palais de Tokyo lors d’un vernissage exclusif le 17 Février, et furent exposés jusqu’au 20 Février.

Ce fut un grand moment pour les participants de partager leur expérience lors de l’atelier et les idées et le processus créatif de leur carnet à leurs amis, familles et visiteurs du Palais de Tokyo venus célébrer la fin de ce moment avec eux. Le catalogue, créé par les participants en seulement 24 heures, présente ces créations et leurs significations.

Liste des participants

  • Anaïs Vodouhé
    Astrid Staes
    Cecile Chevallard
    Charlyze Anguiley
    Chloé Bertini
    Chloé Viala
    Fiona Beraud
    Grace Banana
    Kathrin Schweizer
    Kawthar Boulalouah
    Léa Peller

  • Malicka Ladeley
    Mani Parree
    Mary Zoubert-Ousseni
    Mégane Martinel
    Nafi Sarah Kane
    Néguine Noudja Tchouta Mondor
    Nilda Denkey
    Nora Hurault
    Océane Kinhouandé
    Robyn Correa-Payet
    Sekou-Younesse Doucouré

Partenaires

  • Partenaire : Palais de Tokyo
    Avec le soutien de: Moleskine
    Projet Manager:  Amira Parrée
    Coordinateurs Palais de Tokyo:  Agathe Bertrand, Geoffroy Velter
    Coordinateur Moleskine:  Andrea Salvadori
    Photos et vidéos: Lancelot Bernheim, Alexis Dubois, Thomas Caplan, Nelson Gbaguidi
    Observeur: Jade Nijman

     

     

Télécharger les documents

Partager