Évenements

Biennale d’art de Venise

Évenements

Biennale d’art de Venise

Hotel Monaco, Venise, Italie
9-10 Mai, 2017

Catégorie:Conférence

Le forum African Art in Venice est un évènement de deux jours qui a eu lieu pendant la semaine d’ouverture de la 57ème Biennale de Venise. Le Forum, organisé par Neri Toricelli, naît du besoin de compenser le manque de représentation de nombreux pays africains au sein de la Biennale de Venise. En effet, parmi les 54 pays africains seulement 7 sont représentés avec des pavillons nationaux.

Tous les deux ans, Venise devient la capitale mondiale de l’art contemporain. Les passionnés, les curateurs, les artistes et les journalistes se rencontrent là et discutent d’importants thèmes sociaux concernant les participants de la Biennale. En comparaison avec la géographie, la population et la capacité créative du continent africain très peu a été exposé et débattu. Le manque de contenus s’avère une perte dans le débat et la recherche.

Comment les pays non représentés peuvent-ils développer et améliorer leurs infrastructures pour la promotion des arts? Quels sont les facteurs qui empêchent à leur communauté de créatifs de prospérer tant au niveau local que mondial?

De part la naissance d’une nouvelle plateforme, ouverte à des orateurs venant de tous les pays du continent africain et de nombreux représentants d’organisations internationales, pour présenter et discuter d’arguments saillants, tant sur la diaspora que locaux, l’African Art in Venice Forum croit pouvoir enclencher le processus qui aboutira à la participation de nouveaux pavillons nationaux africains à la Biennale de Venise.

Moleskine Foundation a été invitée à participer à la discussion intitulée “Creativity as Solution” sur l’impact des projets caritatifs concernant l’art, afin de soutenir le développement des infrastructures pour la promotions des arts dans les pays africains. Notre directeur des programmes Adama Sanneh a présenté le format AtWork au public international du Forum, avec Terry Torok du LALELA Project, Lungi Morrison et Hakeem Kae Kazim de Global Emerging Pathogens Treatment Consortium.

Partager