Chapitres

AtWork Cairo Chapitres 04

Chapitres

AtWork Cairo Chapitres 04

Le Caire, Egypte
3-5 décembre 2015

Partenaires:

Darb1718, Something Else Off Biennale Cairo

Thème:

"Something Else"

Leader:

Simon Njami

Favoriser les échanges et les liens entre les différentes communautés artistiques et culturelles; promouvoir l’innovation et le changement social à travers la culture : voici les objectifs qui ont poussé Simon Njami et l’artiste Moataz Nasreldin à réaliser et donner vie à la première édition de Off Biennale du Caire, intitulée Something Else. Cet événement important de la durée de un mois a démarré le 28 novembre depuis son quartier général au Caire à Darb 1718, Centre d’Art Contemporain et de Culture, et s’est aussi propagé en plusieurs autres lieux de la ville en amenant ainsi l’art à l’écoute d’un public plus large, en dehors des contextes habituels. Le Chapitre 04 s’est développé dans le cadre de Off Biennale.

“La force de Atwork a été de m’avoir donné une liberté illimitée”

Reem Hamed, participant de Atwork Le Caire

The Workshop

Cette fois-ci, le Workshop de AtWork a réunit 16 jeunes talents créatifs locaux sous le guide de Simon Njami, avec la collaboration de Heba Amin artiste et professeur adjoint invité au département d’Art de l’université américaine du Caire. Le workshop a puisé son thème à partir du titre de la Off Biennale : “Something Else”, Quelque chose d’Autre. Au sein du contexte social du Caire, où la liberté d’expression est continuellement bafouée, AtWork a été une opportunité de se réunir et de discuter et de penser librement, d’explorer de nouvelles perspectives artistiques et sociales concernant le monde; une manière de rediscuter les certitudes personnelles, de sortir de la zones de confort, de chercher des routes alternatives au lieu des chemins battus afin de dépasser les schémas pré-établis.

atwork-cairo-chapter-04-with-simon-njami_23419457599_o

 

Lorsque nous parlons d’un milieu qui est très politicisé, qui est censuré, qui est surveillé, le seul endroit où la critique est permise est celui du monde de l’art. Donc il est très important d’ancrer des ateliers comme AtWork au sein des structures éducatives et institutionnelles parce que cela permet aux étudiants d’explorer l’intellectualité, la curiosité et la critique en des modalités différentes que celles qui ont lieu dans une salle de cours.”

Heba Amin, facilitateur de AtWork Caire, artiste, professeur adjoint invité à l’université américaine du Caire

leaders_simonnjami

Photo par Aida Muluneh

Le Leader: Simon Njami

Simon Njami est commissaire indépendant, professeur, critique d’art et écrivain basé à Paris. Il est le co-fondateur et éditeur-en-chef de La Revue Noire, une publication d’art contemporain Africain extra-occidental. Il a été le directeur artistique de la Biennale de la photographie africaine de Bamako pendant dix ans, et commissaire du premier pavillon africain à la 52ème Biennale de Venise en 2007. Njami a réalisé de nombreuses expositions d’art africain et de photographie, y compris Africa Remix (2004/2007) et la première foire d’art africain qui a eu lieu à Johannesburg en 2008. Sa nouvelle exposition, La Divine Comédie, a commencé un tour mondial en 2014 depuis le MMK, Musée d’Art Moderne de Francfort, pour continuer au SCAD Museum of Art (Savannah, USA) encore en 2014 et au Smithsonian Museum of African Art (Washington DC, USA) en 2015. Njami est directeur des masterclasses panafricains de photographie, projet qu’il a conçu avec le Goethe Institute, et il est aussi directeur artistique de la Fondation Donwahi en Côte d’Ivoire et le conseiller pour la collection Sindika Dokolo, et enfin, il est le secrétaire du jury spécialisé du prix World Press Photo. C’est le directeur artistique de la première édition de la Biennale Off du Caire (2015) et de l’édition 2016 de Dak’Art, la biennale d’art de Dakar, Sénégal, la première et la plus importante biennale d’art contemporain du continent africain.

J’ai trouvé la société égyptienne très conformiste, très traditionaliste. En disant traditionaliste je ne me réfère pas spécialement à la religion, juste aux gens qui font les choses de la manière dont les choses “doivent” être faites… C’est pour ça que j’ai pensé que ‘Something Else’ aurait été le thème parfait pour ce workshop, parce que d’un coup, on demande aux jeunes de sortir de leur zone de confot, de sortir de leur boîte, en dehors de leurs idées et juste pour le temps de l’atelier d’être quelqu’un d’autre et de proposer quelque chose d’autre.”

Simon Njami, leader AtWork Caire

L’expérience

En relevant le défi lancé par Simon Njami, les participants ont déconstruit leurs certitudes, en remettant en cause leur propre identité en tant qu’individus et artistes émergents, ainsi que leur relation avec le monde extérieur. Cela a été une petite destruction prolifique, indispensable afin de devenir davantage conscient de leur identités et de leurs processus créatives. Les traces de cette déconstruction constitutive sont recueillies dans les carnets Moleskine. Le workshop – où étaient présents certains protagonistes de la Biennale Off dont Ayana V Jackson, Youssef Limoud, Nabil Boutros, etc. – a permis aux étudiants, ainsi qu’aux artistes locaux et internationaux, d’échanger et de partager des idées sur la production de l’art contemporain.

AtWork met en relation les personnes entre elles qui ne font pas spécialement partie de la même communauté, ce qui amplifie les atouts sociaux et les viions des uns et des autres en sachant que nous partageons les même intérêts

Monia Sakr , participante de AtWork Caire

L’exposition

L’exposition a été suivie par les participants du workshop et par Heba Amin, un artiste international et professeur adjoint invité à l’université américaine du Caire. Inaugurée le 6 mars 2016 au centre d’art Darb1718 selon une disposition spécialement conçue afin que les carnets disposent chacun de leur espace. Le public a interagit avec chacunes des pièces, faisant revivre les carnets. Cela s’est avveré être une occasion pour les particpants du workshop pour interagir avec un public plus large, de “partager” leur carnet de “something else” et de dicuter les questions de l’expression artistique dans le difficile contexte de la société contemporaine egyptienne.

Liste des participants

  • Reem Hamed
    Nourhan Refaat
    Omar Adel
    Fajr Soliman
    Rana Ashraf
    Rana Rafik
    Sara Hamdy
    Shatha Eldeghady

  • Abdallah Mahmoud
    Islam Elnebishy
    Nadeen El Rashidy
    Nourhan Abu Gabal
    Monia Ali Sakr
    Rana Hany
    Menna Ali
    Farida Abd Elmaksoud

Partenaires

  • Fondateur de Darb 1718 et de Something Else
    Moataz Nasr

    AtWork Chapitre 04 et coordinateurs locaux
    Dana Alwaneh, Amira Pareè, Reem Hatem

    Facilitateur et commissaire de l’exposition
    Heba Amin

  • Documentation Video et photo du workshop
    Luca Dimoon

    Montage vidéo
    Traipler

    Montage vidéo et documentation vidéo et photos du wokshop Claudio Curciotti

Télécharger les documents

Ce que l'on dit de nous

Partager