Workshop leader

Mira Nair

Workshop leader

Mira Nair

atwork_miranair

Inspiration de AtWork Kampala Chapitre 03 workshop

Mira Nair est l’une des rares réalisatrices prolifiques qui passe aisément du cinéma d’Hollywood à celui indépendant. Après des années passées à réaliser des films documentaires, Mira Nair fait une entrée éclatante dans le monde du cinéma avec son premier film long-métrage Salaam Bombay! (1988). Acclamé à présent comme un classique, le film a reçu cette année là, plus de 25 prix internationaux y compris l’Oscar pour le meilleur film en langue étrangère et la Caméra d’Or au Festival de Cannes. Son deuxième film, Mississippi Masala (1991) a gagné trois prix à Venise. Après ça, Mira Nair a réalisé The Perez Family (1993), Kama Sutra: A Tale of Love (1996), My Own Country (1998), The Laughing Club of India (1999). En 2001, Le mariage des moussons lui vaut le prix du Lion d’Or à la Mostra de Venise, qui est un des films étrangers à avoir eu le plus de succès de tous les temps. Nair reçoit ensuite les Golden Globes en dirigeant Hysterical Blindness en 2002. Après la réalisation du film Vanity Fair, basé sur l’histoire de William Makepeace Thackeray, en 2004, elle dirige en 2006 un autre long-métrage d’après le livre de succès de Jhumpa Lahiri, The Namesake (2006). En 2009, elle poursuit sa carrière avec le biopic Amelia, qui retrace la vie de l’aviatrice Amelia Earhart, avec Hilary Swank et Richard Gere. En 2012 Nair dirige L’Intégriste malgré lui – The Reluctant Fundamentalist, un thriller d’après le best-seller de Mohsin Hamid publié en 2007. Acclamé par la critique à l’ouverture du Festival de Venise ce film est sorti dans le monde entier à partir de 2013.

Mira Nair travaille en ce moment sur la production Disney La reine de Katwe avec Lupita Nyong’o et David Oyelwo. Le film raconte la vraie histoire d’une enfant prodige des échecs ugandaise, Phiona Mutesi. Elle s’occupe aussi de l’adaptation musicale de Monsoon Wedding, au programme à Broadway en 2016.

Nair est une débordante réalisatrice de courts-métrages, et elle a dirigé dernièrement un film documentaire appelé A Fork, a Spoon and a Knight (une fourchette, une cuillère et un  chevalier) inspiré par la phrase de Mandela, ‘Les difficultés brisent certains hommes mais en créent d’autres.’ Elle a participé au film collectif 11.09.01 (2002) dans lequel 11 réalisateurs célèbres réagissent aux évènements du 11 septembre. D’autres titres de films sont How Can It Be? (2008), Migration (2008), New York, I Love You (2009), et en 2014 sa participation au film collectif sur la religion, Words With God, avec d’autres réalisateurs dont Emir Kusturica et Guillermo Arriaga.

Activiste depuis toujours, Nair organise un workshop cinématographique annuel, à la Fondation Maisha à Kampala, en Uganda. Depuis 2005, de jeunes cinéastes d’Afrique de l’Est ont été formés dans cette structure à but non lucratif avec la conviction que “Si nous ne racontons pas nous-même nos histoires, personne d’autre le fera”. Maisha est en train de construire une école avec l’architecte Raul Pantaleo, gagnant du Prix Aga Khan pour l’Architecture, et avec sa société Studio Tamassociati.

En 1998, elle a utilisé les bénéfices dérivés du film Salaam Bombay! pour créer le Salaam Balak Trust qui s’occupe des enfants de la rue en Inde.

En 2012, Mira Nair a reçu la Padma Bhushan – une décoration civile très importante décernée par le president de la république indienne.

 

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google +