AtWork

AtWork

Qu’est-ce que AtWork?

“Nous voulons inspirer une nouvelle génération de penseurs”

Simon Njami

AtWork est un modèle formatif, conçu par lettera27 et par Simon Njami, qui utilise le processus créatif pour stimuler un débat et une pensée critique parmi les participants.
Il contribue à la construction d’une nouvelle génération de penseurs.
L’élément clé de AtWork est un workshop – un atelier – conduit par un artiste ou par un commissaire d’exposition sur un sujet choisi. Le thème enclenche et stimule la discussion collective et une réflexion personnelle sur des questions comme l’identité, la culture, la communauté, etc.
En conclusion du workshop chaque étudiant produit un carnet personnalisé, résultat qui fixe le processus d’introspection déclenché par l’atelier. Chaque carnet est unique et reflète la condition de la pensée au travail. Les carnets réalisés sont présentés publiquement, dans une exposition dirigée par les étudiants eux-mêmes.

Les participants peuvent choisir de faire don de leurs carnets à la collection de “carnets d’artistes” de lettera27, des pièces uniques créées par différents artistes sur les carnets Moleskine, parmi lesquels, Bili Bidjocka, Antonio Marras, Maurice Pefura, Sigur Rós, Marina Spadafora, Pascale Marthine Tayou, Giorgio Vigna et beaucoup d’autres. La collection sert à soutenir les activités de lettera27.

Tous les participants du workshop font partie de la Communauté d’AtWork, un groupe d’artistes internationaux, d’étudiants, de commissaires d’exposition, d’organisations culturelles, et d’intellectuels qui croient que l’art peut être un outil pour la transformation sociale.

Workshop

Le Workshop

Le procédé de AtWork commence avec les étudiants qui écrivent leur interprétation du thème choisi pour l’atelier en question. C’est une manière d’enclencher leur processus de pensée, qui sera le point de départ lors des discussions de groupe durant le workshop et qui s’épanchera successivement lors des conversations en ligne dans la plus large communauté d’Atwork. Le workshop peut durer 3-5 jours, pendant lesquels les étudiants, guidés par l’artiste/curateur, feront émerger des discussions critiques concernant le thème choisi et réaliseront leurs carnets.

Le workshop se construit en une structure établie en données-élaboration-résultats. Les phases principales étant:

  • Le débat critique et la discussion autour du thème du workshop
  • L’élaboration des idées et leur définition
  • La production des carnets et leur restitution

Les participants au workshop

Les participants peuvent être des étudiants ou bien de jeunes talents créatifs issus de différents contextes. Plus le groupe est varié mieux c’est.

Exposition

L’exposition est la première occasion pour partager la discussion en l’amenant au dehors du groupe de travail. 
Cette activité est fondamentale pour l’efficacité du workshop aussi parce que les participants devront interagir et confronter leurs idées avec un public plus large, en s’entraînant dans une plus ample discussion tout en renforçant leur expérience de pensée critique. Les carnets réalisés par les participants sont montrés physiquement dans les locaux de la gallerie d’art en même temps que l’exposition du reste de la collection qui est présente sur internet. L’exposition peut avoir lieu tout de suite à la conclusion du workshop ou bien quelques jours après afin de permettre de tout bien mettre en place. Le fait de co-créer l’exposition avec les organisations qui les ont acceuillis fait partie des activités du workshop, c’est là où les étudiants continuent de délibérer entre eux et de poursuivre leur introspection tout en acquérant quelques compétences de base dans l’organisation et la mise en place d’une exposition d’art.

Communauté

L’orientation à vouloir construire une communauté est au cœur du format AtWork. Nous souhaitons qu’à travers le groupe AtWork sur Facebook les participants se connectent à un réseau international et interculturel plus large de personnes de même esprit et qu’ils fassent partie d’un espace où pouvoir échanger leurs expériences, partager leurs opinions et leurs modalités de travail.

Les étudiants peuvent décider d’offrir à lettera27 le carnet réalisé durant le workshop, en adoptant une license d’usage Creative Commons. Dans ce cas leur carnet appartiendra à notre collection (physiquement et virtuellement), en soutenant ainsi la mission de lettera27 et les activités futures de AtWork. Parallèlement, la collection en ligne ne cesse d’inspirer de nouveaux jeunes esprits partout dans le monde à travers l’étendue de la proposition créative insufflée lors des différentes expériences de AtWork. Faire partie de la collection est aussi une opportunité unique pour que les étudiants montrent leur travail à côté d’artistes contemporains célèbres, sans aucune hiérarchie vis à vis de l’importance de l’œuvre. Cette approche horizontale est centrale dans toute l’expérience de AtWork et cela permet aux étudiants de dépasser les limites de leur dimension locale et d’entrer dans une arène internationale où l’on peut discuter avec un auditoire plus ample et bariolé.

Les images de la collection de lettera27 sont publiées avec une licence d’usage
‘libre’ et partagée (CC_BY_SA), qui autorise une pleine utilisation des œuvres à deux conditions : que la source soit citée, et que ceux qui emploient les images adoptent à leur tour le même type de licence. La license Creative Commons devient alors un espace multiple d’expérimentation, une plateforme de connaissance inspirée par la logique du partage, du remix, de la réutilisation légale, où le public peut être à la fois utilisateur, donateur et partie prenante.

AtWork est un modèle très flexible, adaptable et rentable. La durée du workshop, de l’initiative peut varier entre 3 et 5 jours et peut facilement s’insérer dans un programme scolaire ou tout autre programme éducatif déjà institué. AtWork fonctionne comme lien entre un programme scolaire et une proposition culturelle-artistique muséale.

Jusqu’à présent lettera27 a mis en œuvre sept chapitres du format AtWork en partenariat avec des organisations culturelles locales, ayant été source d’inspiration pour 200 étudiants.

Conçu comme un modèle ouvert, AtWork est continuellement adapté et implémenté par de différentes organisations culturelles dans le monde et a contemplé jusqu’à maintenant 300 étudiants. Ce que nous appelons AtWork Labs sont les produits dérivés du format AtWork.

La vision d’AtWork (de Simon Njami)

“Ce que AtWork propose n’est pas l’enseignement de théories abstraites qui ne servent à rien et qui se basent sur une relation verticale enseignant-élève, mais l’idée d’un savoir en tant que chose vivante. Le savoir n’est pas un élément extérieur qui arrive pour nous illuminer. C’est en fait une prise de conscience – c’est cela, la reconnaissance de ce qui est déjà en nous, enfoui dans notre âme, sans que nous le sachions ou le concevions; en d’autres mots, c’est le processus de devenir conscients de toutes les choses dont nous avons besoin pour donner un sens au monde visible et invisible. Nous n’avons rien à enseigner à personne : “La lumière qui permet de rencontrer autre chose que soi, le fait rencontrer comme si cette chose sortait déjà de moi. La lumière, la clarté, c’est l’intelligibilité même, elle fait tout venir de moi, elle ramène toute expérience à un élément de réminiscence. La raison est seule. Et dans ce sens la raison ne rencontre jamais dans le monde quelque chose de véritablement autre.” (Emmanuel Levinas). Cette lumière intérieure qui appartient à chacun demande juste de sortir; et pour autant que nous ayons les outils humains et intellectuels nécessaires, notre devoir est d’aider cette lumière à se révéler et à fleurir.
…Je vois AtWork comme une grande université, non institutionnelle, qui permet les échanges de regards, d’expériences et de contextes. Notre projet n’a pas l’intention de promouvoir un vision univoque des théories de l’art et de la créativité, ce qui est bien loin de nos desseins, mais veut établir un environnement résonnant où des outils spécifiques peuvent être pertinents même en dehors de leurs contextes d’origine. Par conséquent, nous ne sommes pas en train de parler d’apprentissage dans le sens académique et traditionnel du mot, mais de savoirs, d’échanges et de découvertes en tant qu’expériences sensées et humaines, loin de n’importe quelle présomption d’objectivité…
AtWork veut promouvoir ce genre d’idéalisme qui déclenche le caractère solitaire de la raison, en aidant les personnes à penser par elles-mêmes et avec elles-mêmes. Nous avons compris depuis longtemps que l’objectivité n’existe pas. Il y a seulement des volontés de pouvoir plus ou moins explicites. La flamme de la raison est en train de  vaciller. C’est notre responsabilité de la raviver. C’est l’ambition de notre modeste contribution.”

Lisez ici le texte intégral

“Nous n’avons rien à enseigner à personne…. Cette lumière intérieure qui appartient à chacun demande juste de sortir; et pour autant que nous ayons les outils humains et intellectuels nécessaires, notre devoir est d’aider cette lumière à se révéler et à fleurir…”

Simon Njami

Lettera27

lettera27 est une fondation à but non lucratif, née en juillet 2006. Sa mission est de soutenir le droit à l’alphabétisation, à l’instruction et, de manière plus générale, de favoriser l’accès à la connaissance et à l’information, avec un intérêt particulier envers le continent africain et le débat critique qui en découle, en Europe et partout ailleurs.

Aujourd’hui lettera27 comprend trois principaux domaines d’intervention : l’art et la culture pour la transformation sociale, l’éducation innovatrice et la culture viable. Nous travaillons avec des organisations culturelles partenaires, en co-créant des initiatives et des formats reproduisibles et durables, en exerçant une approche intersectorielle et de valeurs partagées.

 

www.lettera27.org

Télécharger les documents

AtWork crédits

  • Format conçu par
    lettera27
    et Simon Njami

    Conseiller
    Simon Njami

    Commissaire (2010-2013)
    Katia Anguelova

    Graphisme et mise en page
    Zetalab, Paper Plane

    Photos des carnets
    Lucio Lazzara, Eleonora Quadri

  • Format vidéo
    Alice Crippa, Traipler

    Traductions
    Laura Giacalone (Anglais-Italien)
    Coquelicot Mafille (Italien -Français)

    Curatrice d’un sélection des concepts des carnets AtWorker
    Raffaella Carillo

    Contact mail
    info@lettera27.org

    Avec le soutien de
    Schermata 2016-03-10 alle 16.02.06

Merci

Un grand merci à tous les artistes, aux étudiants, aux auteurs des textes, et à tous les amis et à tous les collaborateurs qui nous ont aidés et soutenus au fur et à mesure et qui ont rendu possible AtWork : Luca Corrieri, Fabio Di Liberto, Roberto Di Puma, Michela Dossi, Corina Macnovit, Luca Mariani, Katia Nicita, Giovanni Pesce, Consuelo Romeo, Micol Rossini, Domenico Ruggero, Maria Sebregondi, Monica Tarabini, Silvia Trenta.

Vous êtes remercié du fond de nos cœurs d’avoir soutenu notre campagne de financement pour la réalisation de AtWork Addis Ababa:
Aiko Terao, Aleksandra Zalewska, Alessandra Di Maio, Alessia, Alessia Casini, Alex Lexi Read, Alexander Laich, Alice Jasmine Crippa, Alice O, Allegra Bordoni, Anna Jäger, Anna Meneguzzo, Antje Majewski, Antonia de Ceglia, Arnaud Cohen, Aureile Lagarde, Barbara Badioli, Beth Viner, Brian Wilk, Camilla, Camilla Catania, Carlos Sandoval, Carola, Caterina Corsini, Caterina Grimaldi, Chan Thim Yung, Clara Ursitti, Coquelicot, Cristiano Taglioretti, Cristina Preatoni, David Butler, David Bychkov, Delio Jasse, Elena Galliani, Elena Korzhenevich, Eleni, Elide Brunati, Elisa Cambioli, Elisa Campanaro, Elise Billiard, Elizabeth Valleau, Ellen Gianesin, Ennio Polito, Enzo Cereda, Federico Di Puma, Federika, Fiona, Francesco Franceschi, Franziska Baetcke, Fred Kuwornu, Gaia Blandina, Gbaguidi, Giada Cioffi, Giancarlo Gianesin, Ginny, Gio Pesce, Giorgio Brenna, Giulia Brivio, Giulio Scialpi, Guido Romeo, Henrike, Hilmar Isaksen, Ilaria Fruscio, Indiana Production Company SRL, Intrinsic Games, Isdahl, James Lucie, Jeffrey Dettmann, Jellel Gastel, Jimmy Robert, Joelle, John Stein, Kara, Karen Milbourne, Laura, Laura Toubale, Letizia Schmid, Lidia Dal Cengio, Lorenza Daverio, Luca Barnabé, Luca Immovilli, Lynette Bushuyu, Maddalena De Ferrari, Majken Sander, Maren Sanneh, Maria Barberi, Maria de Ceglia, Maria Ellis, Maria Sebregondi, Marie-Ann Yemsi, Marina Mottin, Marina Spadafora, Martina Simeti, Martino Galbusera, Mary Cinque, Massimo Gonzo, Matilde, Matt Garo, Matthias Reichwald, Maura, Maura Ferzi, Mauro Da Pozzo, Max Tuncar, Mercedes Vilardell, Michela, Michèle Reymond, Mikaela Zyss, Missla Libsekal, Monica, Mouna Karray, Myanna, Nadine Lopez, Nation 25, Nicolò Massazza, Paola Miglio, Paola Pace, Paolo Boccardi, Patrizia Campanaro, Paul Sader, Pierluigi, Pietro Gonzo, Raffaele Bellezza, Raffaella Carillo, Ricky Hartung, Roberto di Puma, Rose Mbogho, Rossella Zanelli, Rosticher Nathalie, Serena Salvione, Silvia, Silvia Mazzucchelli, Silvia Salvadori, Silvia Vercelli, Siri Sauvage, Souley, Stefan Brall, Stellafbb, Steven V-l Lee, Tammah, Tania Gianesin, Theophilus Marboah, Touria El Glaoui, Valentina, Valentina Gonzo, Veronica Taglioretti, Victoria, Walter Terzini, Wilbur E. Jordan, Jr., Witold Zyss, Wunmi, Xaviera Simmons and The Kitchen, Zosia Swidlicka

Télécharger cette liste en pdf

  • Facebook
  • Twitter
  • Pinterest
  • Google +